Kenzo World, le big buzz biz .. !! Et après ? (ou la règle des 3 Q)

Dans un premier temps, quand le film a été diffusé sur les réseaux, les internautes, dont 99% sont des femmes, se sont juste exclamés :
« J’adore ! » la plupart du temps, « J’aime pas » rarement.
Mais aucun autre commentaire qualitatif qui pourrait et enrichir la marque (retour d’expériences) et alimenter le mur Facebook à la mesure glamour autant qu’effet « dynamite » du film.

Mais trouvaille de l’une des internautes (ce que j’avais déjà noté, connaissant un peu Spike Jones, le réalisateur), c’est la référence au clip de Fat boy Slim avec Christopher Walken. Ce dernier (Christopher Walken), je ne doute pas qu’il sorte des oubliettes cinématographiques où il est resté par choix ou malgré lui, grâce à cette « interfilmicité ».

Avec ce lien qu’a tendu l’une des internautes entre ces 2 films, la conversation s’est enrichie. CA, c’est intéressant. Parce que CA a génèré des commentaires déjà bien plus longs, bien plus expérerientiels et narratifs.

Il y a par conséquent deux catégories de « fans » :

  • Les catégoriques (celle qui adorent, n’aiment pas)
  • Les plus impliquées culturellement dans l’approche cinématographique de la marque (parce que cette pub qui dure à peu près 4 minutes) peut être qualifiée de court métrage
  • MAIS AUSSI une troisième sous-terraine : qui ne s’investit pas parce que ces consomm’actrices n’ont pas matière à s’exprimer. Il leur faut un terreau.

DONC : pour satisfaire ces 3 catégories tout en donnant un retour authentique à l’enseigne Kenzo, je proposerais à brûle-pour-point une animation simple, rédactionnelle, et à coût minime : quelques thématiques de posts générés par le community manager en accord avec Dir Cli, Dir artistique et bien entendu l’enseigne KENZO. Exemples à approfondir :

– Kenzo made for you, Regards et regards : Vos yeux et leur bel éclat, plein pot sur notre page. On attend vos selfies « pupilles »…
(En starter, les yeux des créateurs Carol Lim and Humberto Leon
sans compter bien évidemment Margaret Quelley, l’actrice-balerine du film)

– Aujourd’hui, je cueille chez le fleuriste du coin, dans mon jardin ou partout ailleurs avec mon œil de photographe une fleur… On ne doute pas que vos cueillettes soient belles.

– Today, je ressens mon body jusque dans toutes ses extrémités : épaules, doigts, lèvres, bout de langue… Un dynamisme puissant m’anime. Et vous ?
(Idem : plans photo serrés de l’actrice sur ses mains, pieds, épaules, etc. Histoire d’amorcer la conversation ludique et riche de retours pour l’enseigne)

Mais pourquoi puisque : 3 476 019 vues en sur Youtube en 3 semaines , 526 K vues sur Facebook générant 3885 partages ?

LA REGLE DES 3 Q

  1. Le Quanti oui ! (Cf. Les chiffres)
  2. Le Quali inside (qualité de la campagne) oui !
  3. Le Quali after… Pour satisfaire et accroître le quanti.

Ce qu’XfoisY suggère c’est un prolongement afin de faire perdurer l’effet de la campagne, en impliquant les consomm’actrices.
Une campagne peut être culte, mais feu de paille, si elle ne s’insère pas en un temps limité dans une sérialisation (mais celle-ci peut coûter Bonbon : 1 film tous les 4 mois par exemple)

L’alternative XfoisY a pour objectifs par le vecteur éditorial à moindre coût de :
– Ne pas éteindre le feu, l’entretenir
– impliquer de manière ludique et interactive les consomm’actrices
– avoir des retours d’expériences directes.

Menu